Le Singe Blanc : Commerce de produits de décoration, vêtements "ethniques" à Poitiers

Le Singe Blanc : une reprise sous le signe de la jeunesse

A 21 ans, Alexandre Brunet a repris il y a 10 mois le magasin Le Singe Blanc, spécialisé dans la décoration, les accessoires et les vêtements ethniques, situé Grand’Rue à Poitiers. Diplômé d’un bac pro Vente, il affiche, malgré son jeune âge, une vraie maturité face aux responsabilités de chef d’entreprise. 

«C’était une opportunité », souligne d’emblée Alexandre Brunet. A la tête du magasin Le Singe Blanc, depuis le 11 août, ce dernier ne s’imaginait pas, il y a huit mois, être à la barre d’une entreprise. Il faut dire qu’il n’a que 21 ans. Et pourtant, Alexandre Brunet affiche une certaine maturité et ne cache pas qu’être son propre patron est ce à quoi il aspirait professionnellement.

Un désir fruit d’un gène familial ou lié à une certaine forme d’atavisme ? Son père a fondé il y a quelques années Net et Presse-i, agence de communication éditoriale qui publie entre autre le journal 7 à Poitiers. C’est d’ailleurs par son intermédiaire que s’est fait la reprise du Singe Blanc. « Il a eu vent de cette vente, explique Alexandre Brunet. L’ancienne responsable du magasin, fondatrice du lieu il y a 18 ans, souhaitait partir à la retraite.  Après un "conseil" de famille, nous nous sommes dit qu’il ne fallait pas louper l’occasion. Il faut dire que le Singe Blanc a un statut un peu particulier à Poitiers, c’est une institution quasiment sans concurrence. »

Outre le fait de jouer les entremetteurs, les parents ont également permis au jeune homme de conclure l’affaire : « Ils se sont portés caution. Sans eux, aucun banquier ne m’aurait accordé un prêt. » Il ne s’est pas non plus lancé seul dans l’aventure. Sa mère est associée à hauteur de 40 %. S’il n’avait pas forcément toutes les garanties financières, côté professionnel il était beaucoup plus armé. « J’ai un BEP vente et un bac pro vente. » Diplômes confortés par plusieurs stages dans des magasins de téléphonie, de vêtements, chez un concessionnaire automobile. « C’est un métier qui me passionne, j’aime le contact avec les gens. »

         imagedQiTDh      

 En ce qui concerne la création d’activité, il possédait aussi quelques notions, « le b-a ba vu en cours ».

Cependant pour faire face à l’ensemble des démarches, il a souhaité s’entourer de personnes compétentes : expert comptable, notaire avocat. Il est aussi allé frapper à la porte des Ateliers de la Création du CAPEE. « J’ai été particulièrement bien conseillé sur le plan de financement et par leur intermédiaire, j’ai décroché la Bourse Régionale Désir d’Entreprendre (BRDE) à hauteur de 4000 €. Dans ce cadre, j’ai pu suivre une formation sur la création d’un site internet. Outil que je suis en train de construire actuellement.»                                                           

Mais, même si les démarches pour créer peuvent parfois sembler compliquées, contrairement à une création pure, il n’a jamais eu la sensation d’être face à l’inconnu. « Je savais où j’allais, c’est aussi ça l’intérêt de la reprise d’entreprise. Il n’y a pas trop de surprises. L’ancienne propriétaire m’a bien épaulé au démarrage pour le contact avec les fournisseurs, la gestion du stock… »

Il reconnaît que depuis qu’il est à la tête du Singe Blanc, il en a appris plus sur le commerce en quelques mois que sur l’ensemble de ces années d’études. « C’est intense, il faut être motivé, mais c’est passionnant. »   

Après 10 mois d’activité, Alexandre est confiant pour l’avenir car le magasin "tourne" bien. S’il a souhaité y apporter sa touche personnelle en proposant des nouveaux objets à la vente, comme des narguilés, il n’a toutefois pas touché à l’esprit du lieu. « Les clients, très variés, viennent ici car ils savent qu’ils pourront trouver de l’artisanat africain ou d’Inde, de l’encens, des vêtements originaux et des petits objets de décoration ou des bijoux et des accessoires, précise Alexandre Brunet. Pour beaucoup, c’est un bon repère pour faire des cadeaux. » D’autant qu’il y en a pour toutes bourses. « Les prix s’étalent de 1 € à 900 €.»

Contact : Le Singe Blanc, Alexandre Brunet, 192 Grand’Rue à Poitiers. Tél. : 05 49 88 41 61 ou 06 07 27 92 55.

Ouvert le lundi de 11h à 19h et du mardi au samedi de 10h à 19h.