Le Saoufé : Restaurant antillais à Poitiers

Le Saoufé : les Antilles dans votre assiette


Dans la création d’activité, il faut souvent faire preuve de ténacité pour ne pas tout « envoyer balader ». Sans cette persévérance, Paula Gonzales et Yoland Boulanger n’auraient peut-être jamais mené à bout leur projet de création d’un bar-restaurant antillais à Poitiers. Après de longues démarches, leur établissement, Le Saoufé, a ouvert ses portes le 1er juillet, et accueille les amoureux de la cuisine haute en couleurs.

Le projet de créer un bar-restaurant Antillais à Poitiers est né d’une envie commune d’un jeune couple, Paula Gonzales et Yoland Boulanger, de combiner plaisir et travail et de faire partager leur amour pour la cuisine. Pourtant, au départ, ce ne sont pas des « professionnels de la profession », ce qui a d’ailleurs failli leur porter préjudice.
D’origine Argentine, Paula Gonzales est venue en France pour poursuivre des études aux Beaux-arts de Poitiers. Pour les financer, elle a travaillé dans plusieurs restaurants aussi bien en salle qu’en cuisine. Quant à Yoland d’origine Antillaise, il a quitté la Martinique pour passer son bac pro de maintenance de machines automatisées. Diplôme en poche, il a décroché ensuite un emploi chez Michelin. Il y est resté 10 ans. Confronté au plan de licenciement de l’entreprise Poitevine, il en a profité pour passer un diplôme de froid industriel, dans l’optique de retourner en Martinique.
Et la restauration dans tout cela ? « C’est vrai que mon parcours est très éloigné du monde de la cuisine. Toutefois, cuisiner est partie intégrante de ma vie. Tout petit ma mère m’a appris à combiner les saveurs et les épices. J’aurais pu faire des études dans ce domaine, mais ça ne m’aurait servi à rien, car en France aucune école n’enseigne la cuisine Antillaise. »
image8LonTFSon projet de créer une affaire dans la restauration ne remonte d’ailleurs pas d’hier. « Dès 1993, lorsque j’étais à l’armée j’avais monté un dossier pour m’installer comme traiteur antillais. Mais avant de sauter le pas, il me semblait important de travailler pour mettre suffisamment d’argent de côté. » La rencontre avec Paula en 2005 a accéléré les choses. « Nous étions vraiment dans la même dynamique. » Il leur a fallu près d’un an pour trouver le fonds de commerce. Leur choix s’est arrêté sur le bar de la route de Nouaillé situé dans le quartier entre le Leclerc et le Confort Moderne. L’établissement, très prisé à une époque par les étudiants et les lycéens, était en perte de vitesse. « Nous avons ainsi pu en tirer un bon prix. » A ce stade, ils pensaient que leur installation aurait pu aller assez vite. C’était sans compter sur la perplexité de banques.

« Pour obtenir les prêts, ça a été le vrai parcours du combattant, souligne Paula. Nous avons fait toutes les banques, aucune n’a voulu nous avancer les fonds prétextant que le site n’était pas très passant, qu’il n’y avait pas de parking. Ce qui est faux, énormément de personnes utilisent ce trajet pour se rendre au centre-ville et il y a des places de stationnement partout et surtout gratuites. Ils nous ont également reproché de ne pas être du métier. » Pour autant, ils n’ont pas baissé les bras. Soutenus par plusieurs organismes comme Créafort, le CAPEE, IPCA… ils sont retournés à la charge. « A force de taper aux portes, une banque a consenti à nous suivre. » L’obtention de la bourse Tremplin a également été un bon coup de pouce. « Financier évidemment, mais aussi en terme de reconnaissance », précise Yoland. Les démarches ont tout de même duré plus d’un an.
Aujourd’hui l’établissement, unique sur Poitiers et les environs, propose de la cuisine haute en couleurs : viandes marinées, légumes des Antilles, mélanges sucrés salés et épicés… « Nous sommes ouverts midi et soir. Il n’y a pas de carte, chaque jour les plats changent. » Pour les formules, entrée, plat, déssert, il faut compter aux alentours de 14 € le midi et 19 € le soir. Après plus d’un mois d’ouverture, les deux gérants sont confiants : « Pour le moment, ça marche bien et nous avons de bons retours. » Et ils ne manquent pas de projets : « Etant passionnés de danse, nous allons bientôt proposés des soirées dansantes de zouk, salsa… »
Petite précision : le nom du bar-restaurant « Saoufé », veut dire bienvenue en Antillais. Une dénomination qui ici n’est pas galvaudée ; en passant la porte de l’établissement Yoland et Paula vous accueillent comme des amis.

Contact : Le Saoufé, 32 route de Nouaillé, 86 000 Poitiers, tél. : 05 49 50 70 33.

Horaires : Lundi-mardi de 10h30 à 17h ; mercredi-jeudi-vendredi de 10h30 à 2h ; samedi-dimanche de 18h à 2h.

Source : La lettre d’Information du SAFIRE

 Directeur de la publication : Emmanuelle AURAS
Photos : Philippe Quintard (AV communication)
Rédaction : Philippe Quintard, Valérie Callier
SAFIRE : 5, rue Raoul Follereau
BP 635 - 86022 Poitiers Cedex
Tél : 05 49 45 44 60