Epicerie Communautaire La BLAISERIE : Agathe Proust service civique

Volontaire pour une première expérienceLa blaiserie

Elle a laissé de côté ses études d'histoire pour tenter les concours d'assistante sociale, un métier qui l'attire depuis longtemps. Mais Agathe Proust n'est pas du genre à se tourner les pouces en attendant le jour du concours. A 21 ans, elle découvre le service civique, ce contrat de volontariat réservé aux jeunes de 16 à 25 ans, et postule en juin au centre socio-culturel de la Blaiserie, pour un poste à l'épicerie communautaire.

Au mois d'août, la jeune femme rencontre ses nouveaux collègues, découvre le fonctionnement de l'épicerie communautaire et les missions qui lui sont réservées. « J'ai été embauchée pour la gestion des stocks et l'animation du libre-service, une demi-journée par semaine. J'ai ensuite mis en place un atelier informatique où j'aide les gens à faire leur curriculum vitae et à utiliser internet.»


Le contrat de l'épicerie est le suivant : les bénéficiaires, au nombre de 18, s'engagent à suivre 2 ateliers par semaine parmi ceux proposés par le centre social (cuisine, jardinage, décorations de Noël, rénovation de meubles, carnaval, santé-loisirs, informatique...) et disposent ensuite d'un crédit en euros utilisable chaque semaine à l'épicerie.


Agathe apprécie beaucoup de pouvoir aider ce public spécifique à monter des projets et à se projeter dans l'avenir. Après une petite période de réserve de part et d'autre au début, le courant passe maintenant à merveille entre eux.


Malgré un statut peu reconnu socialement, Agathe ne regrette pas le choix d'un service civique. Douze mois pour découvrir un métier, se voir confier des missions et expérimenter le monde du travail, c'est une véritable aubaine. « Cela me permet d'élargir mes horizons, de me confronter directement aux problématiques du secteur social, de m'insérer dans un réseau. C'est très important pour la suite de ma vie professionnelle...et aussi en terme de confiance en soi ! »


Bénévole à « Un hôpital pour les enfants » lorsqu'elle arrive à se dégager un peu de temps et serveuse le week-end pour boucler les fins de mois difficiles, celle qui se définit comme « une fille normale » est maintenant confortée dans son envie de travailler dans le secteur social. Alors, dans quelques années, Agathe se voit assistante sociale ? « Peut-être pas, car j'ai découvert, grâce à mon poste à la Blaiserie, le métier de conseillère en économie sociale et familiale. Cela me correspond bien alors je vais essayer d'intégrer un BTS l'année prochaine ! ».


Voilà comment se construit un parcours de vie, au gré des rencontres et des expériences. Agathe l'a bien compris.

 

Les Epiceries sociales et solidaires sur le Grand Poitiers :

Poitiers 


Agglomération


 

Hors Agglomération